La ville aux trois forts

L’histoire de Le Portel se dévoile autour de trois sites :

 ●   le Fort de l’Heurt
●   le Fort d’Alprech
   ●   le Fort de Couppes

 

Le Fort de l’Heurt a été édifié en 1803 par Napoléon Bonaparte.

 » Heurt  » tire ses origines  » d’heustrière  » ce qui signifie  » île aux huîtres « , puis au fil des ans est devenu  » heustre  » et enfin  » heurt ». Le projet de construction du fort de l’Heurt fut arrêté par Bonaparte le 30 germinal an XI (20 avril 1803), et la réalisation des plans fut confiée au lieutenant colonel Dode, Sous-Directeur des fortifications. Le 4 prairial (24 mai), les travaux commençaient sous la direction du capitaine du génie Gouville et les premières pierres étaient posées, entamant ainsi la construction de la maçonnerie du fort. Après bien des dommages dues aux tempêtes et aux attaques incessantes des Anglais, le fort fut enfin opérationnel le 16 juillet 1804. Il avait pour but de protéger par le sud le mouillage de la flottille du Camp de Boulogne et avait un jumeau qui se trouvait à la pointe de la crèche.Napoléon Bonaparte leva le camp en 1805, et il fallut attendre la seconde guerre mondiale pour que le fort retrouve son unité militaire.

Aquarelle de Jules Victor Vaillant

Aquarelle de Jules Victor Vaillant

plan du FDH

Plan du Fort

Maquette du Fort

crédit photos : ASFHpp
Le Fort de l’Heurt est devenu aujourd’hui un site moulier. La « pêche aux moules » est une véritable tradition locale pour les portelois et fait la joie de nombreux touristes en visite sur la commune.

fort h aujour 1

Le fort aujourd’hui

Le Fort d’Alprech, édifié en 1880

Après la guerre franco-prussienne de 1870, les anciennes fortifications étant devenues obsolètes, Aldolphe Thiers, 1er Président de la IIIème République, créa un Comité de Défense en vue de la réalisation de fortifications «plus modernes». 

Plan du Fort d’Alprech

Le Général Séré de rivières sera donc chargé de ce projet et donnera son nom à ces fortifications. La batterie d’Alprech sera ainsi construite entre 1875 et 1880 afin de protéger le port de Boulogne.

Le Fort d’Alprech

Pendant les deux guerres mondiales, la batterie d’Alprech, armée de canons et d’obusiers, abrita des casemates destinées au logement d’une centaine d’hommes, et des poudrières.
Elle fut opérationnelle pendant la guerre 1914/18 et occupée par l’armée allemande de 1940 à 1944 ; ceux-ci y implantèrent des radars.

Abandonné et recouvert par la végétation, le Fort d’Alprech a été restauré en 1999.

L’ensemble du Fort est en bon état. Il s’agit d’un fort casematé construit en pierre et briques. Plusieurs salles sont visitables : logements de la garnison, poudrière, lampisterie, salles sous traverses.

Pour connaitre les dates des visites, pensez à consultez le programme de la saison estivale !

Visite guidée du Fort d’Alprech

Le Fort du Mont de Couppes

Le maréchal Dubiez dans le but de reprendre Boulogne, occupée par les Anglais, décide de construire un fort. La Paix de Capécure en 1550 met fin à la guerre, le fort est abandonné.
Napoléon pour mettre au point son projet d’invasion de l’Angleterre, le réarme. Il servira bien souvent de cantonnement à la troupe, particulièrement en temps de guerre. Un sémaphore y sera également installé.

Le Fort du Mont de Couppes

 

 

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent le bon fonctionnement de notre site et de ses services. En savoir plus

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer