1856-2006, 150 ans d’histoire

Extrait de

« Le Portel Ephémérides, de son origine à 1943 »

du Père Césaire

Il est normal que ce hameau de la commune d’Outreau sollicitât un jour ou l’autre son indépendance administrative, après avoir obtenu en 1825 son indépendance religieuse. Tout militait d’ailleurs en faveur de cette séparation car les intérêts portelois, essentiellement tournés vers la pêche, différaient de ceux de la commune d’Outreau, exclusivement orientés vers l’agriculture. Mais obtenir l’indépendance n’était chose aisée, en raison des formalités et des enquêtes.

ecole1

La première école

L’ouverture d’une école au Portel en 1787 constituait déjà une recherche d’autonomie : les portelois choississent un maître d’école, bâtissent une classe, se cotisent pour payer ce maître et obtiennent de l’Evêque de Boulogne l’ouverture, au Portel même, d’une école.

<

Indépendance religieuse

eglise 2En 1825, l’abbé COZE faisait part à l’Evêque d’Arras et au Sous-Préfet de Boulogne du désir des Portelois d’avoir leur église. Il sut comprendre et encourager l’ambition des Portelois. A la suggestion de cet abbé, les Portelois se mirent à l’œuvre pour bâtir une église ; ils constituaient à l’époque les 2/3 de la population d’Outreau. En 1826, un terrain fut acheté. L’acte de vente fut signé le 22 septembre 1826 grâce à la générosité de M. Latteux de Lattaignant, ancien avocat, demeurant Baincthun, fervent catholique de Boulogne. Le 13 avril, une souscription est lancée, elle recueille la somme de 1099 francs et 20 centimes. Le prix de vente était de 10 000 francs. Les patrons de pêche décident alors de verser un pourcentage de part par bateau. Les fondations commencèrent enfin le 14 mars 1827. L’abbé Haffreingue suscite à Boulogne une souscription qui rapporte 515 francs. Par son intermédiaire, Charles X, le roi, remet la somme de 800 francs puis un nouveau don de 200 francs. Pendant que les marins étaient en mer, femmes et enfants allaient chercher sur le rivage pierres et sable nécessaires à la maçonnerie de l’édifice et dans leurs « mannes » au poisson, ils apportaient les matériaux aux constructeurs. La première pierre fut posée le dimanche 28 avril 1827 par le doyen d’âge des marins : Jean Libert. Elle fut bénite par l’Abbé Lépine, curé d’Outreau, en présence des Abbés Haffreingue et Coze. L’église ne fut achevée que le 18 mars 1836 et fut bénite le 10 mai 1839 par l’Abé Leblond, Vicaire à Saint Joseph. La population de Le Portel était alors de 1800 habitants. Le clocher ne fut construit qu’en 1848et l’agrandissement de l’église fut achevé en 1860. Le 11 septembre 1836 eut lieu la bénédiction des deux cloches Caroline Joséphine et Marie Henriette. Les 2 cloches furent remplacées en 1879 et furent bénites par l’Abbé Wallet, Grand Doyen de Notre Dame : Jeanne Marie Gabrielle offerte par la famille Hédouin Lobez et Jeanne Rosalie Jacqueline offerte par Achille Bourgain dit « nain ». Aux funérailles de Monseigneur Haffreingue, le cercueil fut porté sur les épaules des marins portelois. Les marins du Portel, par lettre du 20 août 1835, demandent à Monsieur le Maire que le Conseil délibère sur l’érection de leur hameau en paroisse. Monsieur Latteux de Lattaignant prenant de l’âge confia à son neveu, l’avocat Auguste Gros, les intérêts de l’entreprise. Ce fut M. Gros qui fit aboutir le 31 mars 1837la question de l’érection du Portel en paroisse indépendante. Ce fut lui aussi qui aida les Portelois à obtenir l’érection en commune le 13 juin 1856. Le premier curé fut l’abbé Deltour. Cette église n’avait pas de cachet artistique évident mais elle est pour les portelois le patrimoine sacré de nos ancêtres qui se sont imposé de nombreux sacrifices pour sa construction.

Indépendance administrative

4

 

Le Conseil d’Arrondissement et le Conseil de Préfecture se montrèrent favorables à l’indépendance du Portel et le 13 juin 1856, une ordonnance royale de Napoléon III faisait droit à la juste ambition et à l’admirable ténacité de nos ancêtres portelois.

 

En 1833, Le Portel formait les 2/3 de la commune d’Outreau. Nos aïeuls ont lutté pendant des décades pour devenir paroisse et commune indépendantes d’Outreau. C’est la reconnaissance de l’existence de cette population porteloise laborieuse, vivant en bordure de mer, tournée vers la mer, population active et nombreuse, puisqu’en nombre elle dépassait le reste du hameau. Les démarches ont été multiples, parfois périlleuses, toujours difficiles. Sous l’influence de quelques notables portelois, une demande d’indépendance communale a été adressée le 27 avril 1841 à M. le Ministre de l’Intérieur. Une réponse prometteuse émana du Ministre. Mais l’opposition acharnée et persistante de la Municipalité d’Outreau allait contrecarrer sans pitié et sans répit « cette réponse prometteuse ». La demande fut jugée insolite et irrégulière. Le 19 juillet 1841, une autre demande émanant de 34 portelois fut adressée au Sous-Préfet.

1 1

Du 17 au 25 août 1841, une enquête fut menée. 137 personnes opposées, 117 en faveur. Le Président de la Commission Syndicale est invité à s’opposer à la demande. En janvier 1855, les habitants du Portel adressent un dossier à M. le Préfet : « Les Portelois ont remis à sa majesté l’Empereur des Français, Napoléon III, lors de son dernier séjour à Boulogne en 1853, une pétition signée par 204 Portelois demandant la distraction du Portel d’avec Outreau. Le Ministre de l’Intérieur donna ordre d’instruire l’affaire. Le 24 octobre 1854 le Conseil d’Etat nous informe que notre demande a été renvoyée à Monsieur le Ministre de la Marine. Le 26 juin 1844, donc 10 ans auparavant, Monsieur le Ministre de l’Intérieur estimait notre réclamation juste et fondée. Notre hameau a une population de 2800 habitants, agglomération importante et isolée ; nos intérêts sont différents. On met en avant la prétendue impossibilité de composer parmi nous une administration municipale. Cela est à prouver. A la suite de la Révolution de février 1848, le Maire fut un habitant du Portel. Nous n’agissons pas par amour propre mais par intérêt : sur 20 personnes qui se présentent par jour à la mairie, il y a 18 Portelois. Le marin a des relations plus fréquentes que le paysan avec la mairie ».

 

Après de fastidieuses démarches, le Préfet du Pas-de-Calais est d’avis qu’il y a lieu de distraire de la Commune d’Outreau la section du Portel et de l’ériger en commune distincte qui porterait le nom de Le Portel – le 04 décembre 1855.
Par décret impérial du 13 juin 1856, Le Portel acquiert son indépendance.

 

Les Maires de Le Portel

 

 

 

gabriel fourcroy

Le premier Maire de Le Portel (1856-1870)

 

FOURCROY Gabriel François Rémy, né à Outreau le 04 janvier 1822,
décédé le 31 décembre 1905.
Propriétaire et constructeur de bateaux de pêche.
Il fut maire de la commune de Le Portel pendant 14 ans (1856-1870).
En 1886, il accepte la charge de Conseiller d’Arrondissement et devint Vice-Président du Conseil.

 

 

 

 

 

 

Athanase SAUVAGE : maire de 1870 à 1892
Jules TRONCHON : maire de 1892 à 1898
Louis-Marie BOURGAIN-SEILLIER : maire de 1898 à 1900
François GOURNAY-HEDOUIN : maire de 1900 à 1912
Césaire GOURNAY : maire de 1912 à 1935
Augustin LOBEZ : maire de 1935 à 1943
Jules PIROT : maire de 1943 à 1944
Arthur VASSEUR : de 1944 à 1945
Joséphine BOURGAIN : en 1945
Jean COPPIN : de 1945 à 1946
Alfred JUSTIN : de 1946 à 1947
Léon GODARD : de 1947 à 1953
GOURNAY PAUCHET Jbte : de 1953 à 1965
Maurice ISIDORE : de 1965 à 1971
Paul JUSTIN : de 1971 à 1977
Paul BARBARIN : de 1977 à 1995
Laurent FEUTRY de 1995 à 2014
Olivier BARBARIN : Depuis 2014

 

Composition du Conseil Municipal élu les 4 et 5 octobre 1856

 N° d’ordre  Noms  Prénoms  Profession
 1 PIROT Henri Gérard Constructeur
2 DELFORGE-GIN Pierre Joseph Patron de bateau
3 LIBERT-LEDOUX Jean François Patron de bateau
4 GOURNAY-LEDEZ Jean Jacques Patron de bateau
5 BOURGAIN-GERME Alexis François Patron de bateau
6 BOURGAIN-HEDOUIN ean Baptiste Benjamin Rentier
7 HONORE Alexis Joseph Maître cordier
8 GERME-BOURGAIN Pierre François Marie Rentier
9 DUSART-GOURNAY Jean Marie Joseph Horloger
10 LAMBERT-COPPIN François Sévère Maître cordier
11 LEFEBVRE-LIBERT Joseph Auguste Marchand de draps
12 MONTIGNY-ROGER Pierre François Meunier
13 FONTAINE-DUVAL Jean Baptiste Napoléon Boulanger
14 LETEILLIER-LEDEZ Pierre Charles Patron de bateau
15 GIN-LIBERT Jean Baptiste Patron de bateau
16 BATTEZ-LEDEZ Louis Marie Maître cordier
17 PAUCHET-FREEL Pierre François Maître cordier
18 LEPRETRE-PAINSET Jean Jacques Tanneur
19 BATTEZ LAMIRAND Jean Baptiste Maître de bateau
20 COEUGNET-ROGER Louis Joseph Marchand épicier
21 SEILLIER-LOEUILLETTE Louis Marie Rentier