L’histoire de Le Portel

De ses origines à Napoléon

 

Les découvertes de gisements de pierres taillés, de nécropoles à Alprech et de monnaies romaines attestent la présence de populations sédentaires dès le monolithique à Le Portel. C’est dans une petite anse formée par l’embouchure d’un ruisseau (le Tihen) que s’installèrent ses premiers habitants. En 1208, Le Portel faisait partie du fief de Tihen, allié du duc de Flandre. Ce domaine s’étendait sur la Salle, Outreau, Manihen, Alprech, Ningles et Equihen. Ce n’est qu’en 1339 qu’apparaît pour la première fois le nom de Le Portel dans le compte du domaine de Boulogne rendu à Marguerite d’Evreux. On y apprend l’existence d’un « four banal ».

En 1415, on y précise que les marins de Le Portel-Plage contribuaient à l’entretien du feu de la tour d’Odre (phare romain construit sous Caligula) depuis la Saint Michel jusqu’à Pâques. En 1545, le maréchal du Biez y établit son quartier général dans la tentative de François 1er de reprendre Boulogne occupée par les anglais. Petit village de pêcheurs en 1725, la population de le Portel-Plage s’élevait à 120 feux, elle s’accrut rapidement au cours des 18e et 19e siècles.

 

En 1803, pour défendre les préparatifs d’un débarquement en Angleterre, Bonaparte ordonna la construction, sur le socle rocheux de l’Heurt, d’un fort dont nous voyons encore les vestiges.
Les travaux commencèrent le 24 mai 1803 et furent achevés le 16 juillet 1804. La défaite de la marine française à Trafalgar et les préparatifs de guerre de la Prusse et de la Russie détournèrent Napoléon de son projet. Après l’épopée napoléonienne, le fort fut désarmé sous la Restauration.

De Napoléon à aujourd’hui

Construite tardivement, la première église de Le Portel fut édifiée et financée grâce aux marins Portelois avec « la part de Dieu », chaque marin et patron de bateau abandonnait 1/8 du produit de sa pêche pour la construction de celle-ci.

Le hameau de Le Portel rattaché primitivement à Outreau fut érigé en commune le 13 juin 1856 par décret impérial.

La pêche a été de tout temps la principale activité économique. En 1850, 35 à 40 bateaux de pêche sortaient de la gare de Le Portel. Pour protéger cette flotille, on construisit un brise-lames appelé aujourd’hui « épi » à l’ouest de la plage. La première pierre fut posée le 28 août 1867. Les travaux durèrent un peu plus de trois ans et furent entièrement terminés en novembre 1870 pour un coût de 103 000 francs d’or. Ainsi protégée, la plage de Le Portel, qui s’ensabla au fil des ans, devint une plage fréquentée par de nombreux estivants.