TAP / Rythmes scolaires

Le ministère de l’Éducation Nationale a fait paraître le 27 juin au Journal Officiel le décret sur l’organisation du rythme scolaire qui ouvre des possibilités supplémentaires dont le retour à la semaine de 4 jours.

La décision sur ce sujet reviendra au Directeur Académique des Services de l’Education Nationale (DASEN) sur proposition conjointe de la commune et des conseils d’écoles, composés d’enseignants, de parents d’élèves et d’un représentant de la commune. La période très courte dont dispose la commune entre l’apparition du décret en pleine période
estivale et la rentrée 2017 ne permet pas à la Ville du Portel d’organiser une large concertation entre la municipalité et l’ensemble des conseils d’école.

De plus, le calendrier s’avère peu propice à la communication auprès des familles et donc, une modification du rythme scolaire dès la rentrée 2017 pourrait avoir de lourdes conséquences sur l’organisation des familles porteloises.

Aussi, sur la commune du Portel, la réforme de 2013 s’est faite dans la concertation avec la mise en place des « TAP », des activités périscolaires gratuites et appréciées par une très grande majorité d’enfants et de parents.

Enfin, ce changement aurait des impacts sur le temps de travail des nombreux agents dans les écoles, ce qui suppose une réorganisation complète des services municipaux qui doit être réfléchie et accompagnée. De nombreux jeunes ont été embauchés, des conventions ont été signées avec des associations, les planning de rentrée sont réalisés, les associations qui accueillent vos enfants à la rentrée se sont déjà organisées…

En conséquence, la Ville du Portel ne se positionne pas sur une modification du rythme scolaire pour la rentrée 2017. Cependant, la majorité municipale est favorable à un dialogue sur le sujet.

Sans précipitation et sans pression, la municipalité engagera des discussions dans les six écoles publiques de la commune.

De larges concertations entre la municipalité, tous les parents d’élèves, les conseils d’écoles et les inspections de l’Éducation Nationale, se poursuivront et s’intensifieront en début d’année scolaire 2017/2018, afin d’envisager sereinement et collégialement un éventuel changement pour la rentrée scolaire de septembre 2018 en pensant toujours en priorité à l’intérêt de l’enfant.